Kopfmenüzeile überspringen .
 
Banques de données
Navigation überspringen .
 

Exemples concrets


2 Epilepsie (pathologie à crises)

Intitulé : Aménagement de l'espace de travail d'un tourneur souffrant de crises, dans le secteur de la production

Description des limites fonctionnelles :
Monsieur T. souffre des handicaps suivants :
1. Crises après opération d'un abcès au cerveau
2. Emphysème pulmonaire
3. Troubles de l'audition

Avis médical :
1. Au cours des deux dernières années, monsieur T. a subi 3 attaques cérébrales sous médication anticonvulsive.
2. Il s'agit d'attaques psychomotrices avec état de trouble pendant plusieurs minutes.
3. L'avis médical conclut à une blessure provoquée par des machines en marche.
4. En raison de la rareté des crises et de ses capacités physiques et mentales par ailleurs correctes (avec absence d'effets secondaires dû aux médicaments), monsieur T. est apte à exercer son activité de tourneur à temps plein, sans qu'il en résulte des préjudices pour lui ou son entourage. Il convient toutefois de respecter les restrictions susmentionnées.

Monsieur T. est ouvrier spécialisé, employé comme tourneur depuis 1978 dans une entreprise de fabrication de canettes de boisson.

Lieu de travail de cette personne lourdement handicapée et préjudices actuels :

Cette personne handicapée est active comme tourneur et fraiseur dans la fabrication des outils et au service maintenance. Au service production, outre les nombreux salariés occupés à la maintenance et à la réparation des installations, Monsieur T. compte parmi les 2 à 3 autres salariés faisant partie de l'équipe permanente de l'atelier. Il travaille dans une partie de l'atelier faisant env. 15 x 6 m. Cette partie est vitrifiée sur la longueur mitoyenne avec les autres parties de l'atelier. Outre les armoires de matériel, cette partie contient un tour classique, une fraiseuse à console et une aléseuse transformée en machine à aiguiser rotative. Jusqu'à présent, cette personne handicapée travaille sur les 3 machines, mais utilise le tour la plupart du temps. En raison de la possibilité de crise, les 3 postes de travail représentent tous trois un danger potentiel. L'avance de la machine à aiguiser étant radiale, il est possible de limiter ce danger en installant une protection sur cette dernière. Le danger représenté par la fraiseuse est plus ou moins important, selon le processus d'exploitation. Il convient d'être particulièrement vigilant envers le poste de travail principal, le tour. Le diamètre maximum du spectre d'exploitation est d'env. 80 mm sur 2 m de long. L'une des tâches typiques est, par exemple, le changement d'une certaine section de l'axe. A cet endroit, l'ouvrier doit tourner l'axe, usiner le matériau brut sur le tour pour lui faire prendre la forme de la boîte et, après usinage, retourner l'axe sur sa position initiale. Pour ce type de processus, une machine à commande automatique ne peut être utilisée que dans certaines conditions.

Mesures indispensables :
1. Il a été possible d'installer un capot de protection supplémentaire sur la machine à aiguiser pour la sécuriser et réduire ainsi le danger au minimum. En outre, les tiges inclinées, situées sur les roues manuelles, ont été retirées, afin d'éviter tout risque de blessure en cas de crise.
2. La fraiseuse a été surélevée, afin de permettre à l'ouvrier handicapé de glisser en-dessous et de ne pas tomber dans le processus d'usinage, en cas de crise. La hauteur de surélévation a été adaptée à la taille de monsieur T. Afin de lui faciliter les processus de serrage, la machine a été équipée d'un étau hydraulique. Les roues manuelles ont été soumises au même traitement que celui du point 1.
3. Le tour a été remplacé par un tour équipé d'un capot de protection, pouvant être retiré du plateau de serrage jusqu'au chariot. Il a semblé raisonnable d'équiper ce capot de protection d'un bouton-poussoir raccordé au chariot de guidage afin de ne permettre l'usinage qu'avec le bouton-poussoir en position fermée.
Le seuil supérieur de réglage de ce tour a été également adapté au lourd handicap de cet ouvrier. 4. L'ouvrier porte désormais en équipement personnel, un bonnet de protection approprié.
5. Il est désormais possible, en cas de crise, de déclencher l'arrêt immédiat de la machine concernée, grâce à l'installation d'une unité de surveillance personnelle reliée à la machine exploitée par l'ouvrier.

Ce dernier a été décrit comme un excellent spécialiste par tous les membres de l'entreprise ayant servi d'interlocuteurs. Il est très fiable. En raison de sa situation personnelle, cet emploi signifie pour lui beaucoup plus que le simple fait de gagner de l'argent. (il donne l'impression que cet emploi est très important pour lui et l'exprime également de manière personnelle). En raison des mesures susmentionnées, le poste de travail de l'ouvrier handicapé a été aménagé de telle façon, que tout danger ont été limités autant que possible, dans le cas d'une situation de crise. Le risque potentiel n'est pas plus élevé que celui qui exi ste dans la vie quotidienne.

Le Service d'intégration a subventionné ces mesures en prenant en charge 50% des coûts du nouveau tour et 100% des autres coûts.

N° de Référence: R/PB4023