Kopfmenüzeile überspringen .
 
Banques de données
Navigation überspringen .
 

Exemples concrets


1.2 Système nerveux

Aménagement de l'espace de travail dans le lieu de travail d'un travailleur social souffrant d'une hémiplégie, dans un centre d'orientation
Description de l'aménagement adapté au handicap

Employeur :
L'employeur est une association officielle dont la prestation est d'apporter un conseil aux personnes handicapées et aux personnes âgées, en matière d'aide technique. Ce conseil est complet et objectif et comprend :
- des informations relatives à la construction, à l'utilisation, à l'équipement ainsi qu'au prix de cette aide technique,
- le moyen d'acquérir et de financer cette aide, et
- un examen du rapport qualité / prix.
Tout citoyen de la commune peut bénéficier gratuitement de ce conseil. Trois des six salariés du centre de conseil sont lourdement handicapés.

Handicap et limites fonctionnelles :
L'homme souffre d'une hémiplégie depuis un accident de baignade. En raison de son handicap, il ne peut être sollicité que très faiblement et pendant une période limitée et ses jambes et ses bras ne répondant plus, il doit utiliser un fauteuil roulant électrique. Les fonctions de ses mains étant très limitées, il ne peut s'en servir que pour commander le fauteuil roulant électrique, via des boules lui permettant d'activer l'interrupteur de ce dernier. Son champ d'action se limite à la zone dans laquelle il active les aides techniques à l'aide d'une tige de commande qu'il porte à la bouche.
Le handicap entraîne également un dysfonctionnement au niveau de la vessie et du rectum. Le niveau de handicap de cette personne est de 100. Sa carte de handicapé lourd porte les lettres signalétiques B, G, aG, H et RF.

Formation et expérience professionnelle :
Cet homme a obtenu un diplôme d'études générales (baccalauréat) grâce à des cours par correspondance suivis pendant quatre ans. Il a ensuite obtenu un diplôme d'études supérieures par correspondance de l'Université technique de Heidelberg dans le domaine de la pédagogie sociale avec le Conseil en réhabilitation, comme matière principale. Pendant ses études, il vivait avec sa femme dans un internat.
Les épreuves du baccalauréat et de ses études supérieures étaient adaptées de manière à ce qu'il puisse dicter les réponses à sa femme. Il avait également bénéficié d'une pièce à part avec un surveillant. Après ses études, ce travailleur social a travaillé 10 ans en tant que conseiller en réhabilitation (à temps complet) dans une clinique pour grands accidentés. Avant de devenir salarié à temps partiel dans l'association de son employeur actuel, il était exerçait également une activité libérale pour des institutions d'information (journaux) et de formation.

Tâches : Le travail de ce pédagogue consiste à conseiller les personnes handicapées, pour le financement d'aides à l'équipement de leur domicile, à la mobilité, à la communication avec l'extérieur et à un aménagement sans obstacle de leur espace de vie et de leur logement. L'objectif de ce conseil est de montrer aux personnes les moyens d'obtenir des financements et de les orienter vers les institutions responsables de la promotion des aides techniques.

Lieu de travail et déroulement du travail :
Ce travailleur social travaille à la fois dans le bureau de l'employeur, à un poste d'ordinateur placé sur un bureau réglable (photo 1) et dans son appartement, à un poste de télétravail. A partir de ces deux lieux de travail, il conseille par téléphone ou par vidéo conférence, les personnes intéressées par une aide. Ces personnes peuvent également lui rendre visite dans son bureau, pour un entretien conseil. Les entretiens téléphoniques se font via un téléphone à touches et un casque mains-libres (avec écouteurs/micro). Pour téléphoner, il active les touches souhaitées à l'aide de sa tige de commande (photo 2). La communication s'effectue alors via le micro et les écouteurs du casque (photo 3). Cette tige, en activant la souris à boule (trackball), lui permet également d'utiliser ou de commander l'ordinateur (photo 4). Outre cette commande motrice, il peut également utiliser le PC par transmission vocale et système de reconnaissance vocale, via le micro du casque (mains-libres).
Pendant la conversation téléphonique, il peut enregistrer les informations importantes pour les noter (telles que le nom, l'adresse, le n° de téléphone, etc.), à l'aide d'un dictaphone conçu pour une utilisation avec une seule main. Cette fonctionnalité mono-manuelle, conçue pour éviter toute activation simultanée des éléments de commande (boutons), lui permet d'activer les boutons de l'appareil uniquement avec sa tige (photo 5). Ces éléments de commande activés par la tige se trouvent à l'intérieur d'un 'champ d'action' très restreint, sur un dispositif en bois contribuant à une meilleure accessibilité des aides techniques (photo 6).
Le système de vidéoconférence est intégré au PC et se compose d'une carte PC, d'une caméra et du logiciel d'exploitation, qui peut être commandé via la tige et la souris à boule (trackball). Ce système est mise en place pour conseiller les personnes se trouvant encore dans une clinique pour accidentés (photo 7). Ce contact visuel supplémentaire, proposé par la vidéoconférence, doit permettre à ces personnes de se trouver dans des conditions de conseil très proches d'un entretien personnel sur place. Ce type de conseil encore expérimental est accompagné d'un travail scientifique. En raison des vitesses de transmission élevées requises par une vidéoconférence, une connexion ISDN ou ADSL est indispensable. Le PC ne sert pas uniquement à la vidéoconférence, mais également à rechercher dans les bases de données des textes de loi et des jugements, importants pour le conseil. Après l'entretien conseil, le travailleur social entre dans le système informatique toutes les données importantes. Pour ce faire, il entre les informations vocalement via le micro du casque et un système de reconnaissance vocale, dans un logiciel de bases de données ou de traitement de texte. Organisation des tâches :
En raison de son handicap, cette personne ne peut être physiquement sollicitée que pendant un laps de temps limité. C'est la raison pour laquelle il peut exercer son activité de conseil de manière souple, à son poste de télétravail ou au bureau de son employeur. En outre, la durée de son temps de travail a été limitée à 16 heures par semaine.
Pour ses déplacements (vers son lieu de travail ou sur place, pour un entretien), ce travailleur social a besoin de la présence d'un assistant ou d'un chauffeur, capable de le conduire à son lieu de travail ou à ses rendez-vous, avec un véhicule adapté à son handicap (rampe et système d'arrimage pour le fauteuil roulant) (photos 8 et 9). Le rôle de cet assistant consiste également à l'aider quelques heures à accomplir des tâches simples de secrétariat (aller chercher des documents dans l'imprimante, trier des lettres, etc.)

Environnement de travail :
Les portes du bâtiment, dans lequel se trouve le bureau, s'ouvrent et se ferment électriquement (photo 10). Le processus d'ouverture est activé par capteur de mouvement. La porte se referme automatiquement après un certain temps. Le travailleur social peut également ouvrir cette porte, à l'aide d'une télécommande fixée à son fauteuil roulant (photo 11).
Cette même télécommande lui permet également d'ouvrir et de refermer électriquement les fenêtres de son bureau. Il peut se déplacer dans tout le bâtiment avec son fauteuil roulant électrique, qu'il commande à l'aide d'une manette. Ce fauteuil roulant électrique lui permet également d'effectuer des petits déplacements en ville. En raison des fonctions limitées de sa main, il a fallu installer quelques éléments de commande du fauteuil (connectés au clignotant, aux phares, etc.) dans le champ d'action minimum restant.
En raison du dysfonctionnement de sa vessie, ce salarié n'est pas obligé de se rendre aux toilettes sur son lieu de travail, puisqu'il porte une poche à urine.

Subventions :certaines aides techniques ont été mises à sa disposition (prêtées) par les fabricants. Les ouvertures et fermetures électriques de portes et fenêtres ont été promues par le Parlement des dons de Hambourg.

N° de Référence: R/PB5215